Tout le temps que tu perds…

…à te forger une autre personnalité. Un alter-ego virtuel. À te/le faire valoir, à montrer et à dire (surtout à dire) ce que tu/il fais. À espérer que les gens prennent le temps de te lire. Et qu’ils vont réagir à ce que tu dis. Tu oublies qu’eux sont dans la même situation !

Clamski est furieux, cette fois.

Je lui dis que certains choisissent l’anonymat. Envers et contre tous. Parce que le nom, et son indice de popularité sont tout ce qui reste vraiment dans le virtuel, et que l’anonymat, de manière strictement théorique, ne vaut rien. Ils deviennent aussitôt des parias, surtout de la part de ceux qui ont déjà réussi à vendre leur nom. Le reste, leur suite, leurs admirateurs, boivent leurs écrits : si chose le dit, ça doit être vrai.

Ridicule : il a toujours fallu que les objecteurs de conscience se cachent, tu le sais. La liberté d’expression, c’est aussi la liberté de ne pas dire que l’on s’exprime. Ridicule…

Il cache mal son émotion, son aversion, Clamski.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :