Le dernier mois…

je l’ai passé à établir ma stratégie de bombardement. Ah, et aussi, j’ai pogné trente ans – oui oui, scorpion et tout ça. Tu parles d’un timing rigolo.

Bombardement, donc… Je sais pas si ça s’applique, quand on parle seulement de poser des bombes. J’imagine que oui, quand on en pose à différents endroits. J’aime me poser ce genre de question. Mais ça ne fait avancer ma cause que très peu.

Depuis que j’ai commencé à penser à bombarder (j’assume) la ville et toutes les représentations de ce qui fonctionne de travers, j’ai comme une espèce de sérénité qui m’a engourdie. C’est comme la fois où j’avais envoyé un début de roman chez l’éditeur et qu’on m’avait dit que ça avait « ben du potentiel ! » Évidemment, j’ai tout de suite arrêté de l’écrire, parce que bon, il serait évidemment publié facilement et où était le défi dans tout ça ?

Voilà pourquoi je me suis récemment remis à ce roman. Si je le finis, j’aurai enfin trouvé le courage de faire sauter mes bombes. Bon, peut-être de les placer et de « penser » à les faire sauter. Éventuellement.

Clamski m’encourage. D’ici à ce que j’aie fini mon oeuvre littéraire (il rigole, ce con), personne ne se souviendra plus de pourquoi je voulais bien poser des bombes.

Pas grave, je réponds. Si mes raisons ne sont plus valables, j’en trouverai d’autres.

Boum boum ! Haha…

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :