Mémoire vive…

d’un week-end arrosé…

Ça s’est passé en-dessous d’un pont. Je rampais dans la bouette. J’avais bu mon quota de bières canadians, mais j’avais rendu quelques pintes, j’allais donc un peu mieux que quinze minutes plus tôt, quand Clamski avait dû me tirer de force hors de la route sur la frontière ontarienne où on marchait, comme deux colons, et où j’agitais mes parties à tout rompre, encore plus ardemment quand c’était pour les chars de police.

– 200 points de plus pour les chars de la awrseaempea, m’amusais-je à crier.

Téka, ça c’est Clamski qui le dit.

Il était plutôt avancé lui-même, mais avait su conserver toute sa superbe (je me fie encore sur lui pour cette partie de l’histoire) et après deux ou trois bonnes taloches, constatant ma collaboration plus que limitée, il m’avait sacré la tête à l’eau, me retenant par les pieds, ce qui m’a éventuellement obligé à me redresser dans un hoquet bref et douloureux.

– Flurgh ! avais-je lâché, en me redressant subitement, les poumons pleins d’eau de la voie d’eau en question.

Pour encore me retrouver la gueule à l’eau, les dorsaux trop peu habitués à travailler. Clamski m’avait enfin tiré hors de l’eau, une main sur une jambe, l’autre dans le dos de ma chemise, prenant soin que je m’érafle le ventre bien comme il faut dans la garnotte de rivage.

– Réveille ! s’est-il exclamé.

Je suis venu pour lui répondre, mais je me la suis fermée, bicoze je venais de réaliser que j’avais dessoulé ; je commençais un peu trop à reprendre mes esprits à mon goût, alors, au lieu de parler, j’ai allongé la main vers la caisse de bière.

Clac ! a fait celle de Clamski sur mon bras.

– Attends ! m’a-t-il fortement chuchoté – ça peut sembler contradictoire, mais vous essaierez, ça marche – on n’est pas tout seul.

« Cool, de la compagnie » ont été les premiers mots qui me sont venus en tête.

Hébété, j’ai tourné la tête vers son doigt, puis vers la direction qu’il me pointait. Trois gros grands gras gars s’avançaient vers nous. Des gars du type dont les Hell’s Angels ne s’approchent pas trop près.

Parce qu’ils en ont peur, genre. Ils auraient été de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord que ça m’aurait pas étonné.

« Tabarnak… » a été le mot qui a succédé aux autres.

Les goons arrivaient, l’air porcin et pas trop malin, trop heureux de voir une couple de gars avec une caisse de bière. On les a invités à se servir, sans trop qu’ils aient à nous prier. Au bout d’un moment, j’ai réalisé à qui on avait affaire.

« Pas malins », c’est vraiment le mot clé. Gros gars, trop nounours pour l’état avancé de votre serviteur. Je me suis mis à les niaiser, mais tsé quand on niaise quelqu’un qui sait pas qu’on le niaise, tsé quand on veut juste faire rire son complice dans sa barbe, genre dîner de cons ?

C’était ça.

Mais Clamski est pas de même, lui, fait que je me suis retrouvé à rire tout seul. Comme un con, quoi.

Pire, Clamski a retourné la situation à l’avantage des armoires à glace de bûcherons et ils se sont tous mis à me niaiser.

J’en n’ai pas pleuré, là, mais j’ai crissement fermé ma yeule égale.

Clamski a vraiment le respect de l’être humain inscrit dans les gènes.

J’essaye de m’inspirer de lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :