Dans le fond…

ce dont on a peur, c’est de finir tout seul. On a tous l’exemple du vieux ou de la vieille qui finit sa vie, seul dans sa maison, portant le calvaire de simplement continuer à vivre… pour rien, hein. Quand c’est maladie, par-dessus ennui, multiplié par l’isolement…

On envie tous les p’tits vieux qui vieillissent à deux aussi.

Mon grand-père est mort, dimanche.

Je me prends à le dire aux gens. À m’en attrister ouvertement. Curieux. Pour moi, les grands-parents étaient depuis longtemps casés comme « Parents de mes parents ». Ceux que mes parents aiment ou détestent, mais qui n’avaient qu’un lien filial ténu, finalement, avec moi. Je prenais de leurs nouvelles par mes parents, qui leur donnaient des miennes. Et on était bien content de se voir (je devrais insister sur le mot « voir ») aux fêtes.

Certains compatissent beaucoup. (Trop ?) C’est gentil, mais je ne sais pas trop comment le prendre. C’est quand même pas mon père; c’est le père de mon père.

D’autres s’en foutent. Je pense que ça vient du fait qu’eux les ont probablement perdus bien avant, plus jeunes. Et qu’ils n’ont pas réellement eu le temps de s’attacher. Bah.

Je prendrais parfois un peu plus de compassion de certains chums. Pis d’autres fois, je me dis que je dois bien leur rendre, leur insensibilité, parfois.

Tout ça pour dire…

L’enterrement se fait dans deux semaines. Pourquoi ? Parce que ma grand-mère, sa femme, a été hospitalisée. Pneumonie. Elle a dit que c’était « trop tôt », de l’enterrer ce week-end.

Elle est en forme, un peu alzheimer, rien de grave encore.

J’ai la drôle d’impression qu’elle a envie de ne pas finir seule.

Et qu’elle planifie aller rejoindre son homme.

Clamski s’étonne : elle ne peut pas faire ça. Je lui réponds que c’est très facile de s’abandonner à la maladie. Compte tenu des circonstances.

Il me conseille d’au moins en parler à mon père. Pour le faire taire, ce trop compatissant, je lui promets que je vais.

Mais je me demande encore.

Publicités

10 Réponses to “Dans le fond…”

  1. DAVE ID Says:

    Mes sympathies. De plus comment dealer avec la mort? Je déteste les funérailles, pas pour le cadavre, mais pour l’unique forme d’égoïsme. Le plus part des gens ne célèbre pas la vie du disparu (N’est-ce pas le but ultime d’une funérailles?), mais plutôt il vocifère leur perte, le vide qu’ils ressentent et parle rarement du défunt.

    J’ai une Grand-Mere qui approche la fin et comme toi je me retrouve plutôt détaché et des fois je me culpabilise d’être ainsi parce qu’elle est seule justement… je dois réfléchir.

    • scrypticwriter Says:

      merci.

      et t’as raison. pas aisé de dealer avec ça, et d’agir comme on « devrait » le faire, alors qu’au fond, un deuil est, oui, égoïste. c’est bien difficile de se concentrer sur autre chose que la perte. et le détachement vient par la force des choses, par la vie, on voit moins les gens. mais ça frappe quand on les voit pour la dernière fois, et qu’on le sait.

  2. julieoui Says:

    Aujourd’hui c’est l’anniversaire de mon grand-papa. Il aurait 97 ans. Jamais plus personne ne m’aimera comme lui m’aimait. Il était l’homme de ma vie. Mes sympathies.

  3. RPL Says:

    Je ne suis pas sûr que tu aies peur d’être vieux et seul. Encore que l’âge soit une blessure narcissique de taille… Je pense, à te lire attentivement, que tu as peur de mourir, tout simplement. C’est une tragédie de mourir, toujours, et quoi que les gens prétendent là-dessus. Ça fait peur. C’est pas pour rien qu’il y a la peine de mort ! D’où l’ambivalence que tu as face aux sentiments exprimés par tes proches. Trop ? Pas assez ? J’ai l’impression que tu veux dire: NE ME DITES PAS QUE JE VAIS MOURIR ! La solitude est affreuse, j’imagine, quand on meurt, même s’il y a des tas de proches autour de soi, et une compagne de vie qui est là depuis 50 ans…

    • scrypticwriter Says:

      je pense avoir plus peur de la vieillesse que de la mort ; on est « là » pour l’apprécier, notre solitude, notre isolement, notre incapacité. alors que l’avantage de la mort, c’est que quand ça arrive, après, c’est fini.

      mais je suis assez d’accord avec ton constat. je ne sais pas vraiment comment dealer avec ça, donc je suis ambivalent, et pas certain de ce que je ressens (ou devrais ressentir).

  4. _MlleB Says:

    Mes sympathies. La mort d’un proche ouvre toujours des questionnements existentiels, peu importe la force du lien.

    Justement hier, mes parents me parlaient de mon grand-papa qui a passé bien près de mourir durant les fêtes. A perdu 99 % de ses capacités physiques, mais rien de son esprit. Personne n’a pensé demander un psy.

    Je me suis étonnée. J’étais la seule.

    Bon sang, pourquoi ce serait plus facile à 92 ans amanché comme ça qu’à 33 ans comme moi, qui peut quand même sprinter dans ma chaise roulante, qui va guérir, etc. (et que tout le monde plaint!).

    Ouais. Être vieux ça vraiment l’air de suçer.

  5. Sylvie Says:

    Mes sympathies.
    Je me reconnais beaucoup dans ton texte. Longue histoire courte, ma grand-maman est malade, fin de sa vie, cancer qui ne peut pas guérir, habite à Qc, moi à Mtl, je suis la seule à ne pas m’être déplacé pour aller la voir. Je passe pour l’égoïste et moi, je ne me sens pas coupable (comme d’autres pensent que je devrais me sentir). Je l’aime ma grand-maman, mais je ne suis pas proche d’elle. Je suis triste pour mon père. Ça oui.

    • scrypticwriter Says:

      Merci.

      Même si dans l’absolu on souhaiterait probablement tous avoir la relation que certains décrivent avec leurs grands-parents, souvent, ce n’est pas le cas. Pas la faute de personne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :