Je plains le columniste…

… de métier – attention, j’ai pas dit communiste, c’est une nuance importante, même si le correcteur de wordpress ne semble pas vouloir la faire. Le columniste, c’est le professionnel de l’opinion. Laquelle ? La sienne. Qui devrait représenter les opinions de son lectorat, dans la belle théorie.

En pratique, on se le dit-tu qu’y a du monde qu’on lit pour les haïr ? Bref.

Le columnist professionnel, en plus de donner son opinion sur tout et n’importe quoi doit constamment renouveler ses sujets. Parce que bon, ça va peut-être mal au Japon, quand ça fait 5 jours, une semaine qu’on en parle, le public se tanne : c’est loin, sont bridés, pis ça fait assez longtemps qu’ils règnent sur les technologies de pointe et nous volent nos jobs, ça nous laissera le temps de les rattraper.

Non ? Non. Mais c’est un autre billet. J’ai des oreilles qui pigent malgré moi de ce type de conversations parfois… Ou un oeil horrifié qui lit sur les internets que c’est GodSentPaybackTimeforPearlHarbor. Whatever.

Le public se tanne, donc, et le columniste consciencieux doit pourtant écrire. Il tente de trouver un angle, un sujet. Il cherche : qu’est-ce qui me tient à coeur ? Une cause, un organisme ? Nan, trop plate. Qu’est-ce que Jean Charest a fait ? Nan, trop habituel. Qu’est-ce que je pourrais encenser ? Nan, j’ai fait le tour de ce que j’aime dans la vie, j’ai mes habitudes, pis chus ben content.

Je pense secrètement que Marie-Claude Lortie n’écrit pas sur la bouffe et les tendances par choix, mais bien par dépit…

D’autres diraient que c’est de la paresse de la part du chroniqueur, ou alors le fait d’être un arriviste arrivé. Moi je pense que c’est plus platement la routine qui finit par ronger tout le monde, quoi.

Tsé, si Groumph n’avait jamais inventé la roue, nos journées seraient pas mal moins routinières.

Alors là, le columniste a une idée : je vais écrire sur un grand fait de société qui me purge, me hérisse, contre quoi je pourrai m’insurger un bon coup, pis on en entendra plus parler – ça a fait ça avec le Japon, tsé… Mais ce qu’il oublie, c’est que dans ce monde où les sujets importants passent, bien d’autres columnistes cherchent des idées.

C’est comme ça qu’on crée un débat de société par icitte.

MATANTIFICATION. MADAMISATION. BONHOMISATION.

Non, je veux pas en parler, c’est pour mon personal branding. Ou mon Klout, c’est selon. Je veux juste l’écrire dans mon billet.

Non, en fait je voulais parler de hockey.

C’t’une joke.

J’ai joué au columniste et sous ses dehors d’analyse profonde, ce billet, avouez-le, ne vous apprend strictement rien…

Bah… au moins, vous l’avez lu. Toujours ça de gagné.

Du moins… pour moi, là.

Publicités

3 Réponses to “Je plains le columniste…”

  1. RPL Says:

    Ce que j’en pense ( de ton billet ) ? Excellent. Parfois, il ne faut pas entrer dans le fond des choses, mais simplement leur donner ( à chose, là, pi à chose aussi ) un bon coup de pied – littéraire. Ça secoue tout autant le bonhomme que la matante… ;- )

  2. carl Says:

    oui desolé mais moi je trouvais ca un peu complaisant alors qu’en fait l’avis de ton pote est peut etre plus juste , je sais pas , faudrait connaitre les enjeux qu’il y a entre vous …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :